Nouveau Secrétaire d'Etat Aux Sports : Rama YADE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nouveau Secrétaire d'Etat Aux Sports : Rama YADE

Message  Admin le Mar 23 Juin - 20:25



Bienvenue à notre nouvelle secrétaire d'état de tutelle : Rama YADE.
Merci à Bernard LAPORTE pour ses 20 mois de ministère.


BIOGRAPHIE

Rama Yade est née en 1976 au Sénégal.

Cursus

Institut d’études politiques (IEP) de Paris

Carrière

* Administratrice au Sénat, depuis 2002
* Commission des Affaires sociales, en charge des questions d’emploi, de formation professionnelle et d’0utre-Mer, de 2002 à 2005
* Secrétaire exécutive du groupe d’amitié sénatorial France-Afrique de l’Ouest
* Service des collectivités territoriales, en charge des aspects sociaux de la décentralisation, en 2006
* Directrice adjointe des programmes puis directrice de la communication de la chaîne parlementaire Public Sénat, de 2002 à 2005

Fonctions ministérielles

* Secrétaire d'Etat chargée des Affaires étrangères et des Droits de l'Homme, auprès du ministre des Affaires étrangères et européennes

Fonctions politiques

* Secrétaire nationale chargée de la Francophonie à l’UMP, en 2006

Derniers ouvrages parus

* Les droits de l’homme expliqués aux enfants de 7 à 77 ans. Editions du Seuil, 2008
* Noirs de France. Editions Calmann-Lévy, 2007

Source : UMP
avatar
Admin
Admin

Messages : 1440
Date d'inscription : 28/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://afcos.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Discours de passation de pouvoir de Mme Rama YADE, nouvelle Secrétaire d'Etat aux Sports

Message  Admin le Mer 24 Juin - 18:00

Discours de Madame Rama Yade à l’occasion de la cérémonie de passation de pouvoir


Paris XIIIe, le 24 juin 2009


Je voudrais vous dire l’immense bonheur qui est le mien, Chers amis, de continuer à être au service de la France. En me renouvelant leur confiance, le Président de la République et le Premier ministre me font un honneur exceptionnel dont je mesure l’importance et la portée. Je voudrais les en remercier chaleureusement.

J’ai également eu le grand plaisir, grâce à eux, de porter, à travers la promotion des droits de l’homme dans le monde, la voix de la France. C’est-à-dire le meilleur de nous-mêmes, le meilleur de notre chère France, les valeurs humanistes qui font la France éternelle, ce qui fait notre identité profonde, ce qui fait que la France ne serait pas la France sans cela.

Au moment de quitter cette mission, ma pensée va à toutes les associations, toutes les ONG, les intellectuels, toutes les personnalités qui m’ont soutenue dans mon action. Il y a de l’affectif dans l’hommage que je veux leur rendre. Nous avons partagé ensemble des moments forts, souffert ensemble pour les opprimés de la terre, éprouvé ensemble les plus brutales inhumanités, ri de nos succès à l’ONU. A aucun moment, ils ne m’ont abandonnée ; à chaque fois, ils ont cru en ma sincérité et en mon engagement. Et même dans les moments difficiles, ils ont été là pour m’apporter leur protection inestimable. Je mesure avec d’autant plus d’émotion cette solidarité qu’il n’est pas évident pour des représentants de la société civile de venir en soutien aussi souvent à un officiel, et ce, alors que nous ne venions pas toujours de la même famille politique. Nous sommes liés à jamais. La famille des droits de l’homme, j’en ferai toujours partie. Le secrétariat d’Etat aux droits de l’homme a été un succès. Le bilan est beau et incontestable.

Je voudrais aussi remercier tous ceux, directeurs, sous-directeurs et rédacteurs, agents, ambassadeurs qui, au Quai d’Orsay et dans nos postes à l’étranger, exceptionnels de compétence et de loyauté, ont facilité mon travail et souvent dans une certaine complicité. Je ne veux pas oublier non plus nos ambassadeurs et nos diplomates, qui, dans des conditions parfois difficiles, ont participé à l’organisation de mes déplacements. Je remercie aussi les membres de mon cabinet, et le premier d’entre eux Hugues Moret, qui patiemment et loyalement ont su construire ce beau parcours. Et ça va continuer, puisque tous me suivent au Ministère des sports. Je les remercie de leur confiance et de leur affection. Car les fonctions changent, mais la femme politique que je suis, elle ne change pas.

Maintenant, permettez-moi d’avoir une pensée particulière pour tous les combattants de la liberté et de la dignité humaine, qui, souvent au péril de leur vie, ne se résignent pas à l’injustice et l’oppression. De l’Afghanistan à la République démocratique du Congo en passant par l’Iran, j’ai été de tous les combats, engageant ce qu’il y a de plus cher en moi, la sincérité et les convictions. Plus d’une centaine de déplacements en France et dans le monde, une réforme historique de l’adoption internationale avec des résultats immédiats, du Tunisien Abbou au Burundais Sinduhije, des défenseurs des droits de l’homme libérés après d’âpres batailles, la protection donnée à Taslima Nasreen, désormais résidente de France, l’obtention que l’UE fasse des droits des femmes la priorité pour 2009, des acquis inédits en matière de lutte contre l’homophobie, plus de 80 Etats entraînés par moi grâce à une campagne constructive et patiente dans la lutte contre le phénomène des enfants soldats etc ...ce ministère n’avait pas vocation à réformer et il a réformé concrètement. Et ce souci constant de ne jamais céder sur les principes et les valeurs qui font la France.

Ces valeurs, justement, je veux remercier tous les Français qui, par leur attachement profond aux valeurs humaines fondamentales, ont rendu ma mission légitime et exaltante. Eux aussi, à chaque fois, ils ont été là pour me dire leur confiance et leur attachement. On dit que le ministère des droits de l’homme a été décrié : il ne l’a été ni pour la famille des droits de l’homme ni pour les Français. On dit qu’il a été... sportif, il ne pouvait, il ne devait en être autrement.

Pour toutes ces raisons, je suis fière du travail accompli. On partait de rien, d’un ministère qui n’avait jamais existé, avec une expérience politique d’à peine un an et nous avons porté le bateau à bon port. Un bilan incontestable, je le répète, qu’il ne viendrait à personne de nier. Le ministère des droits de l’homme, ce n’était rien, j’en ai fait quelque chose, c’est-à-dire un symbole fort du gouvernement et de la France. Contre vents et marées, j’ai tenu le cap. Les Français s’y sont reconnus et dans les heures difficiles se sont même dressés pour le défendre. La France a su, à travers ce ministère, redevenir le pays des droits de l’homme vers lequel tant de regards se sont tournés.

A l’heure où l’Iran s’embrase, où ni l’Afghanistan ni la RDC n’ont trouvé l’apaisement et où des milliers de combattants des droits de l’homme, de la Chine à la Birmanie, de la Corée du nord au Darfour, appellent le secours de la France, rien ne serait plus grave que de laisser les droits de l’homme en dehors de notre politique étrangère. Il faudra continuer à défendre ces valeurs. Savoir, avec humanisme, écouter la voix des sans voix. Au nom d’une certaine idée de la France. J’espère que le ministre des Affaires étrangères saura préserver cette flamme. Je ne doute pas qu’avec les convictions qui sont les siennes, fortes et inébranlables comme vous le savez, il saura, au sein de notre politique étrangère, en faire quelque chose. Sinon, de là où je serai, je le ferai, n’en doutez pas. Car, les amis, la lutte continue !

*

Car, ces valeurs, elles sont aussi dans le sport. Et, je continuerai à les porter à travers les sports. Nous sommes une grande nation olympique. Les valeurs humanistes sont le cœur de l’idéal sportif. A travers elles, je reste dans la famille des droits de l’homme. La flamme, j’allais dire olympique, prend une nouvelle vigueur.

Et, des droits de l’homme aux sports, je reste sur le patrimoine immatériel de la France. Comme avec les droits de l’homme, le sport permet de partager des grands moments d’émotion nationale. Songeons à la France black/blanc/beur !

Car, le sport concerne chaque français. Il est l’un des véhicules les plus exceptionnels de la vie dans la cité qui dit tant de l’idée que nous nous faisons de la citoyenneté. Le sport, un humanisme, comme aurait pu le dire Pierre de Coubertin. L’effort, le mérite, le travail, le dépassement de soi, l’abnégation, le sens du collectif, le respect de l’adversaire, les vertus évidentes d’intégration sociale, de santé et d’éducation populaire : voilà pour moi ce qu’est le sport ; une pratique et un état d’esprit ! Voilà ce qui, au sein de chaque foyer, touche les Français au coeur. Et Pierre Coubertin, encore lui, qui dit mieux que personne, ceci : « Si les Français savaient le rôle de l’intelligence et de la volonté, la part de l’esprit et de caractère dans la plupart des sports, avec quel entrain, ils y pousseraient leurs enfants ! ».

Et puis quel symbole ! De Léo Lagrange, l’ami de Malraux, premier secrétaire d’Etat aux sports à Pierre Mazeaud, de grands noms ont été secrétaires d’Etat aux sports. Ensuite, à travers cette fonction, ce n’est pas seulement le cœur des Français que je vais toucher, mais aussi le corps : mens sana in corpore sano, disait le poète latin qui ne demandait que cette faveur-là aux dieux, un esprit sain dans un corps sain. Et Goethe, comme me le rappelait hier un ami, qui comme en écho, pouvait ajouter “apprendre au corps à saluer l’esprit” !

C’est avec sérieux et enthousiasme, donc, que je prends mes nouvelles fonctions de secrétaire d’Etat chargée des sports. Dans mon nouveau ministère, je mettrai la même énergie, la même honnêteté et la même compétence que celles que j’ai déployées aux droits de l’homme.

Un éditorialiste de radio a parlé hier soir de punition. L’insulte, mes amis, que ce malheureux a fait aux sportifs français et à la nation olympique qu’est la France ! En voilà un qui n’a rien compris. En voilà un qui ignore l’extrême générosité et l’esprit de fair play de la grande famille du sport. J’ai envie de le lui dire aujourd’hui : M. Duhamel, taisez-vous !

La grande famille du sport, justement, parlons-en. Je veux aujourd’hui m’adresser à elle, c’est-à-dire à 65 millions de Français : amateurs et sportifs de haut niveau, formateurs et éducateurs, y compris dans les quartiers populaires, supporters, dirigeants et personnels de clubs sportifs, fédérations qui font, en effet, la fierté de la grande nation sportive que nous sommes.

A travers eux, que d’enjeux lourds : éducation, handicap, intégration, philanthropie, sans parler des enjeux considérables de l’économie du sport, les paris sportifs, la construction et la rénovation des grands équipements et des problèmes tels que le dopage, la violence, le sifflets dans les stades, le racisme ; d’évènements exceptionnels cette année et celle à venir comme le Tour de France cycliste ou la Coupe du monde 2010 en Afrique du sud.

Car, le sport a aussi partie liée à l’international et à un certain esprit des Nations : la compétition mais dans l’exaltation d’une même communauté de valeurs et de fraternité : le tournoi, la partie, le circuit, l’équipe, le match, pas la guerre. Songeons à Nelson Mandela portant le maillot des Springboks à la fin de l’apartheid. Ou l’Afro-américain Jesse Owens brandissant son poing rebelle face aux Nazis.

Et permettez, Mes amis, à l’élue de Colombes d’avoir une pensée émue pour le mythique Stade Yves du Manoir et de rendre un hommage très personnel à la montée dans le Top 14 du Racing Metro 92.

Enfin, je voudrais me tourner vers Bernard Laporte. Lui dire que j’ai un immense respect pour ses exploits à la tête de l’équipe nationale de rugby et pour son travail dans notre ministère. Parce que Bernard, tu resteras toujours dans le cœur des Français, je serais heureuse de bénéficier de tes conseils dans ma nouvelle mission. Car, j’aurais le formidable honneur de porter, aux côtés de Roselyne Bachelot qui a la gentillesse de m’y accueillir, ce nouveau et beau combat avec des moyens inconnus jusque là de moi et une administration dont je devine déjà l’extrême compétence et dévouement pour la cause qui désormais nous réunit.

Je vous remercie.
avatar
Admin
Admin

Messages : 1440
Date d'inscription : 28/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://afcos.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum